samedi 6 août 2016

It was bleeding and I ran to the sea


.................................Ça s'appelle "Alvéole"


Je ne sais pas pourquoi cet expérientiel vain vaut autant de syllabes
Mais ta langue tranche les lames de mes clavicules
Comme un couteau, une lettre de mots doux
Dûment attendus;
Tu me combles la cage thoracique
Du bourdonnent de mes entrailles émues
Gouttant le miel tamisant mes cavernes,
Ruche de chaleur moite d'envies sucrées,
Écosystème de pompe sanguine et de balançoires de muscles
Qui s'étirent et se courbent
Pour l'unique et puérile danse de tes reins.

Tu seras ma révolution d'hibiscus
Sporadique, éphémère,
La saveur fumée d'un relent d'incendie,
Indomptable, destructeur, poétique et déchu;
Tu seras une mélancolie douce et sereine
Mon éternelle bouée sur un rafiot amarré
Aux eaux calmes des âges.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire