mercredi 26 août 2015

Louisahhh! boiler room

- Lovers, Auguste Rodin


Je me liquéfie sous la poigne de nos affections fatiguées
Pâte à pain pétrie par des mains ridées et veuves
Veuves de passion bandée, veuves de rage d'exister
Veuves aux ongles de grès où pourrit une tendresse vaine

Hélas les braises de l'antre sont tièdes sur la peau
On souhaiterait s'y brûler pour la caresse de l'eau
Mais le vieillard sale qui les tisonne doucement
Ne fait qu'attendre, courbé, le jour de l'enterrement

L'urne lentement attend la sépulture fauve
Où seront embrassés les cendres de nos os
Squelette de calcaire qui s'effrite sous les yeux
D'un patriarche las, hélas point malheureux.



Les bernaches brodaient leurs triangles dans le ciel, peut-être seulement pour me rappeler que tu me manquais malgré le temps qui filait ses tapisseries de saisons...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire