lundi 8 juin 2015

It's getting dark, too dark to see...



Je suis tombée réellement, définitivement amoureuse de "Knocking on Heaven's Door" de Bob Dylan après avoir lu un commentaire sur une vidéo youtube de la chanson (ce type nigaud qui affiche les paroles en italique, avec des peintures romantiques défilant lentement en diaporama en arrière-fond); un soldat racontait que son copain, en mission en Afghanistan, avait demandé qu'on fasse jouer à ses funérailles la fameuse ode à la lassitude de la lutte. Quand celles-ci étaient arrivées - plus tôt qu'il ne l'avait espéré -, personne n'avait pu retenir ses sanglots au passage: "Mama put my guns in the ground / I can't shoot them anymore". Moi-même, j'avais versé des larmes de compassion pixelisée devant la fatigue du monde et de la bataille sauvage des civilisations soeurs. Surprenant carrefour que la toile, pour trouver une solidarité humaine au désespoir au milieu des injures...
C'est ça, le XXIe siècle: pleurer à cause d'un commentaire youtube, mais zapper avec un agacement désintéressé devant les imagines surexploitées des publicités de Vision Mondiale.

* * *

Fuck toute. Fuck moi, surtout. Je suis une article ratée et le fait que je le sais depuis longtemps ne me réconcilie pas davantage à cette triste vérité. Femme hyper sexuelle à la langue de cheveux. Poésie automatique avec des étrangers sur chatroulette. Toute le kit. Ça ne me donnera pas de reconnaissance, ni de paix d'esprit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire