samedi 7 mars 2015

Timbuktu Fasso



Galaxie des songes, tu te présentes comme un gouffre béat aux dents violeuses ce soir, comme s'il ne te restait plus qu'un agneau à dévorer en guise d'offrande et qu'il s'agissait de moi, toute nue, sans importance. Objet viscère dont l'âme, même joyeuse, sera bêtement déchirée de son socle, devant l'indifférence des étoiles émanantes. Morte comme moi, en lisière d'un rêve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire