mercredi 4 février 2015

We could never be free




Composer le NIP de ma carte débit sans avoir besoin d’y penser. Voir des publisacs, des cartons de gomme à mâcher, des paquets de cigarettes vides au grand air. Respirer l'essence des voitures trop nombreuses dans les rues de Montréal. Me lever tôt. Me lever tard. Entendre des gens chantonner. Prendre l’autobus pour me rendre chez moi, toujours le même trajet, une heure. Chercher ma clé dans la poche de mon portefeuille qui lui est dédiée. Embrasser mon amoureux sans réfléchir au fait que je le désire absolument. M’ennuyer de personnes qui n’existent plus. Écouter des séries bidonne pour passer le temps. Ouvrir ma page Facebook et avoir des notifications sans intérêt. Ouvrir ma page Facebook et ne pas avoir de notifications. Ouvrir ma page Facebook. Aller à l’école. Rester à la maison. Chercher un travail. Avoir un contrat. Ne pas avoir d’emploi. Ne pas savoir où je m’en vais dans la vie. Avoir une voie toute tracée vers le succès si je le désirais. Dépenser de l’argent pour manger. Sentir l’odeur de pétards de connaissances connes m’ayant imprégnées durant une soirée inutile. Vouloir sentir bon. M’épiler. Dévisager mes poils quand je ne m’épile pas. Être stressée. Être blasée.  Me sentir étrangère à tout, ne possédant rien, ne faisant partie d’aucun groupe, sans vouloir être seule mais sans m’identifier aux autres. Manger de la nourriture mauvaise pour la santé. M'obstiner à manger de la nourriture bonne pour la santé. Me sentir imposteur, dans mes travaux, mes études, mes relations humaines. Parler. M’énerver. Me détester. Me haïr.  Exister. Mourir à petit feu.



- Choses desquelles j'en ai marre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire