mercredi 11 février 2015

I want your bones inside my bones






come, husk your limbs to my floor
bones sucking stones, her coming storm
under the lights you went
chemical ashes head down
heart on a diamond thread
fennel and lashes wet down

young star, hanuted lynx
ring of silver, om
I want your bones inside my bones
under the lights we went
wearing our chimes we bled out
fennel and lashes wet 
heart on a diamond thread

your making me sweat down deep into your bones
your making me sweat my heart down deep into your soul
i can't take it



The girls, Tamara de Lempicka
_____________________________________________________________________________________

Je suis de glace, je suis de cire
Poème spontané et pas beau, mais sincère, au moins

Étrange patrie d'antagonismes
Mon Québec moderne, je ne sais plus sa couleur
Et même devant ses troubles, ses clameurs
Je suis de glace, je suis de cire

Speak white encore une fois
Je perd mon âme pour un café au lait
À Guy Concordia, on oublie d'où on vient, mais
Je suis de glace, je suis de cire

Des bibles, des turbans, des kippas
Il y en a qui s'excitent, qui crient qu'on disparait
Pour pas hurler, devant l'intolérance
Je suis de glace, je suis de cire

Nos institutions meurent, et ça ne dérange pas
Une nouvelle révolution, un printemps pour un autre
Devant la grogne étudiante, sociale, universitaire
Je suis de glace, je suis de cire

Les sapins forés par des drilles d'aciers
Des scies qui tournent, des âmes qui tombent
Face au sang autochtone qui coule entre mes pieds
Je suis de glace, je suis de cire

Mon pays il est en berne, en feu, en sang
Et puis en tabarnack
Devant son agonie, étrangère et muette
Je suis de cire, de cire fondue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire