dimanche 15 février 2015

He hit me and it felt like a kiss

Germinal Roaux (je l'avais oublié, celui-là)

"Je ne pourrais pas te dire qui je suis. Je ne pourrais pas, et je n'en ai pas envie. Je suis plus que cette ombre de définition en fonction de la lumière, et plus que cet éclat qui émane du ciel mais que nous ne définirions pas sans son antonyme nocturne. Je suis une étrange réalité, nébuleuse, énigmatique, je suis le fait que tu aurais pu être l'homme qui appuyait sur le bouton des chambres à gaz, et je suis l'émotion lorsque cette pensée t'horrifie; je suis cette bonne personne que tu es, que nous sommes tous, malgré la possibilité de mal qui se manifeste parfois en soi. Je suis gris, je suis après-midi, je suis umami, je suis, je suis, je suis. Je ne suis pas l'opposé de quelque chose, pas un contre-mouvement, et pas un mouvement seul non plus. Je suis, et c'est bien suffisant, alors au diable les étiquettes, et sers-moi un autre verre de vin aux épices."


J'ai envie de posséder un sous-sol aux rideaux de velours rouges encadrant un immense tableau blanc où je puis projeter des oeuvres; une antre aux murs de briques usées arborant des toiles exposées non seulement de moi, mais aussi de connaissances ayant envie de partager leur art aux yeux de tous; un endroit un peu sombre, éclairé d'une multitude de lampes de papier comme celui des nids de guêpes, répandant une lumière tamisée aux teintes d'orange et de rouge sur un salon où un long tapis turc s'étend par-dessus une table de verre et de lattes de vieille grange usée, aux pattes que j'aurais sculpté dans un bois recyclé, courbées comme des têtes de violon; une cuisinière antique, qui fonctionne mal, mais assez pour chauffer une immense casserole de vin aux épices où l'on pourrait se servir à la louche, dans des tasses de céramique un peu éméchées que j'aurais moi-même réalisées; un lit terré dans une minuscule chambre juxtaposée à la salle de bain, où je me retirerais les soirées finies, emmitouflée dans mes couvertes aux couvre-lits indiens.
Je serais pauvre, heureuse, entourée; je pourrais travailler en humanitaire, que ça ne m'empêcherait pas de vivre également mon Art, et le partager.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire