samedi 22 novembre 2014

SOHN


Dehyun Kim, Let you flow



Note retrouvée dans mon coffre à crayon:

"Je me souviens de comment je t'ai connu; peut-être cette vision est-elle un peu erronée, déformée par mes élucubrations présentes et tout ce que je considère aujourd'hui de pathétiquement fatidique dans cette bénigne rencontre au coin d'une table et autour d'un joint, comme on regarde un visage autrefois amoureux du fond d'un anneau bosselé, les traits scarifiés d'incohérence, le minois étiré d'indécences.
- gribouillages inintelligibles -
Ce n'est pas bien grave.
Tu crois que je suis une artiste; ou peut-être disais-tu cela pour me rapprocher de la toile habilement manigancée de tes draps. peut-être ne me prêtes tu absolument rien. Peut-être n'es-tu qu'un petit connard de merde qui n'en a absolument, absolument rien à foutre de la fascination que je lui prête. J'en sais crissement rien. Merde. J'emmerde l'univers.

dimanche 2 novembre 2014

I don't ever want to feel

« L’homme en tant qu’homme n’est qu’une éventualité, c’est-à-dire moins, même, qu’une espérance. »
Lucien Malson, au sujet de Victor de l'Aveyron
Nouvelle citation favorite

____________________________________________________________________________________________



UNE FIN COMME UNE AUTRE - GASTON MIRON
(ou une mort en poésie)


Si tu savais comme je lutte de tout mon souffle
contre la malédiction de bâtiments qui craquent
telles ces forces de naufrage qui me hantent
tel ce goût de l'être à se défaire que je crache
et quoi dire que j'endure dans toute ma charpente

ces années vides de la chaleur d'un autre corps
je ne pourrai pas toujours, l'air que je respire
est trop rare sans toi, un jour je ne pourrai plus

ce jour sera la mort d'un homme de courage inutile
venue avec un froid dur de cristaux dans ses membres
mon amour, est-ce moi plus loin que toute la neige
enlisé dans la faim, givré, yeux ouverts et brûlés