jeudi 13 juin 2013

The XX



J'ai eu envie de pleurer toute la journée.
Je pense à ce que je suis et je me fais pitié. En l'espace de trois semaines, je suis devenue cette fille que j'abhorrais tellement il y a trois ans: celle qui boit avec modération ou ne sors tout simplement pas parce qu'elle travaille le lendemain à un travail probablement steady, qui est en couple avec un copain charmant, mais a quand même quelques problèmes relationnels traditionnels, qui étudie correctement, pas de façon zélée ni trop relâchée, juste correcte, tsé, cette fille là, calice.
Sauf que moi, parfois je rentre chez moi et je craque right open. Je sens venir la crise, je la sens monter graduellement en moi et alors j'aimerais l'éviter de tous les moyens possibles mais elle me rattrape et m'empoigne de ses serres acérés et je commence à paniquer et à pleurer et à vouloir avaler des lames de rasoir.
J'ai l'impression de porter la peau de quelqu'un d'autre... Et au cas où vous vous demandiez, c'est serré, la peau de quelqu'un d'autre. J'étouffe là-dedans. C'est comme si je retenais mon souffle depuis tous ces jours: les premières minutes, ton corps continue à se nourrir de l'oxygène emmagasiné, mais plus le temps passe, et plus chaque fibre de ton être se noie dans son vide.
J'aimerais pouvoir me déshabiller de cette enveloppe de chair qui commence à travestir mes neurones, j'aimerais être sur le bord d'un quai à un chalet entouré de pins noirs, caler mon verre de vodka on the rocks et courir nue pour me jeter dans une rivière glacée. Me griser encore et encore et encore de cette atmosphère de jeunesse sans lendemain et sans en avoir rien à foutre qui imprègne chaque pore de ma peau quand je me perd, cette image que Lana Del Rey renvoie dans chacune de ses chansons, ce - Ah et puis putain, je n'en sais rien, je ne suis pas capable d'écrire un calice de mots ces temps-ci sans m'empêtrer dans 14 autres et je ne sais plus créer et j'ai oublié de nouveau comment être heureuse dans tout ce foutu bordel de merde!
Vous aviez oublié que je suis bipolaire? (Oh, peut-être pas. Les diagnostiques sont de la marde. Je sais plus quoi faire).
Je suis cette fille dans la nouvelle Les Bonnes Filles Plantent des Fleurs au Printemps.


En fait, je ne sais pas ce que je veux. Je n'en sais crissement, mais alors là CRISSEMENT rien.


Alors allez vous faire foutre, je ne vaux rien, rien à regarder, rien à entendre, rien à lire, rien à foutre.

1 commentaire:

  1. Je sais pas pourquoi c'est dur comme ça d'être amoureuse, impossible à ce point-là de jouer les filles tranquilles qui veulent seulement aimer. Le bonheur des gens simples a un goût amer, des relans d'hypocrisie, comme si j'étais faite davantage pour les désastres que pour les soirées collés à se regarder dans le blanc des yeux...

    RépondreSupprimer