mercredi 16 janvier 2013

J'ai planté dans ton coeur des fichiers irréversibles, nos coeurs sont-ils compatibles?


Où est-ce qui est caché?
Loin, loin, loin, loin,
Toujours plus loin dans la mélodie.
Je m'en fou, je m'en enîvre
Grisée par ton silence dans l'immobilité
D'une révolution.

Lis à travers ma peau tout ce que j'ai à te dire.
Dans les bouillons de mes veines
Déchiffres, déchire l'épiderme, peut-être
Qu'on y verrait mieux.

J'ai peur des mondes perpendiculaires;
Si seulement mes doigts pouvaient te dire-
Te dire-
T'enduire-
T'enfouir-
Des touchers qu'ils ont cachés, violents,
Au creux de leurs empreintes luxurieuses.



Tsé, les textes quand on vole plus haut que Burj Khalifa...

But you look through me with those eyes
Golden feathers of a fainting irridescent smile

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire