jeudi 15 novembre 2012

She lies and says she's in love with him, can't find a better man...


Nathanaël je t'enseignerai la ferveur.
Nos actes s'attachent à nous comme sa lueur au phosphore. Ils nous consument, il est vrai, mais ils nous font notre splendeur.
Et si notre âme a valu quelque chose, c'est qu'elle a brûlé plus ardemment que quelques autres.
Les nourritures terrestre, André Gide


"Quelques mots. Quelques mots pour se souvenir du temps. Une poignée de phrases pour tenter que ne s’efface pas dans le filigrane de nos mémoires les empreintes malléables du passage des heures et des âmes, une tentative de résurrection d’une vérité entrevue… Le souvenir d’avoir ressenti."
De bons vieux spectres qu'on a ramené au gout du jour et qui me donnent envie de renouer avec les monstres dans ma tête, ceux d'il y quelques années.


Parfois je me disais que la volupté viendrait à bout de ma peine, et je cherchais dans l'épuisement de la chair une libération de l'esprit. Quelle belle plume, quelles belles morales empêtrées dans des mots complexes.
Je fouille dans les dénivelés de tes muscles, dans les terminaisons à vif de tes nerfs, mon amour pour toi. C'est dans nos respirations jointes, dans la sueur perlant à tes tempes, dans ton épuisement, ta supplication matérielle de rédemption, que je trouve les signes de ta fragilité humaine, que j'aperçois ce qui fait de toi un être touchant, attachant, au sourire un peu enfantin, une douce persistance au désir d'exister pour exister, tout simplement.
Et pourtant, c'est dans ses discours à lui que je t'oublie.
Douloureuse comparaison d'êtres chers...
Oh, précieuses âmes d'origami, de papier journal, qu'auriez-vous fais pour vous embraser dans l'étreinte bigarrée d'une cigarette lâchée à la dérive? Six heures du matin, un carrefour de boulevards, et un mégot abandonné qui consume si rapidement vos histoires dactylographiées à coup de larmes et d'injures, une étincelle qui attise votre envie de destruction et l'implosion dans ce craquement de papier si vite dispersé en cendres d'abandon... On n'aura jamais brûlé avec l'explosion de souffre qu'on aurait désiré faire voir au monde, on ne se sera jamais éteint avec assez de célérité pour nos espérances déçues.
Coeur de craie, je me serai dissipé dans les méandres orageux de tes instables océans émotionnels, je me serai perdue en épaves invisibles aux confins de tes mers à la surface de verre tordue par des marées incomprises, motivées par des astres lointains pour lesquels mes pupilles aveugles étaient engagées dans une quête éperdue, dans l'espoir de déceler dans leurs fondations de sable les clefs de tes réactions instables, incompréhensibles à travers mes yeux pigmentées de larmes de Plexiglas.


My friends, love is better than anger. Hope is better than fear. Optimism is better than despair. So let us be loving, hopeful and optimistic. And we'll change the world.
R.I.P. Layton,
Quebec's hope for a better change.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire