lundi 8 octobre 2012

We're children of the bad revolution and partying is the only solution



Des fois, je regarde mon mode de vie et je me dis "calice, tu es une sale conne."
L'auto-humiliation de laquelle Nelly Arcand elle parlait?
C'est ça.
Putain, je suis névrosée.


J'ai envie qu'on fasse notre foutu tartare de saumon, qu'on sable le champagne, qu'on soit heureux pour une soirée au moins et que rien ne se solde par ton coeur s'effritant sur le parquet de tes attentes. Peut-être que si j'avais quelqu'un d'autre à qui ne pas faire de mal outre moi, je ne me ferais pas aussi mal et n'aurais pas envie de me cracher dessus à me retrouver suspendue aux lèvres de tout le monde, même mes plus proches amis, juste pour gâcher ce qu'on a... Parce que je suis une bien piètre dissuasion ces temps-ci.

Je me sens dégueulasse. J'ai hâte d'oublier tout ça, tabarnack.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire