dimanche 16 septembre 2012

Liquid Soul, Perfect Day


World clocks. Polarity.
Big Ben.
And the one in Denver.

Commentaire sur LSD de Hallucinogen


Populace pixelisée, je vous promet d'intégrer cette citation dans une oeuvre, à moment donné. C'est trop psyché pour ne pas le faire.
Un petit conseil? Écoutez pas du psych trance pendant une journée complète, quand vous vouliez étudier... Mon Dieu que ça emmène dans un autre monde... Pas de bon sang.
Et j'ai manqué Unveiling d'Infected Mushroom, à Montréal il y a un mois.
Tuez moi, j'aurais fais de l'ecstasy dans la plus totale et centrifuge des bulles musicales. Je mourrais pour passer la nuit à danser dans un rave, à transpirer à grosses gouttes, à baiser derrière un container (pour vrai cette fois. Tu veux bien concrétiser nos déblatérations?), puis à reprendre une pilule polychrome.
Un cocon de drogues, de stroboscopes et de bass qui vibre si fort qu'elle remplace les battements de notre coeur, dans notre poitrine. Notre rythme cardiaque rime avec l'extase commun de la salle. On n'est qu'une autre essence qui s'entremêle aux autres dans la plus totale des cohésions inconnues. Les deux solitudes s'embrassent, et font l'amour à Israël, et à bien d'autres, si vous le voulez bien, si vous le voulez bien, un appartement recouvert de papier d'aluminium et Edie Sedgwick qui danse devant nos rétines falsifiées, the Exploding Plastic Inevitable au fond d'un sachet de thé.
Avez-vous déjà aimé avec les empreintes digitales? Avez-vous déjà goûté avec vos synapses?
Je ne sais pas, je ne sais plus.
À présent perdons-nous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire