mercredi 19 septembre 2012

I'm well in it now, I found myself a fairytale


Le band de la soeur d'une amie: Felix.
C'est bien trop beau.



Tu me joues dans les cheveux du bout des doigts quand je suis fatiguée et me couches sur mes bras pliés.
Je ne sais plus quoi penser.
"Pourquoi est-ce que tu as juste dormi quand tu étais chez moi?"
Je ne sais plus quoi penser.
Tu as les plus drôles mimiques de l'histoire de l'humanité.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu as des cheveux de chérubin.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu m'appelles tous les jours quand je ne vais pas bien.
Je ne sais plus quoi penser.
On va prendre de grandes marches dehors.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu as déjà eu mal à un point tel...
Je ne sais plus quoi penser.
Tu voudrais que je couches encore avec ton ami?
Je ne sais plus quoi penser.
Je parle toujours, toujours, toujours de toi - de tes expressions, de tes histoires d'enfance, de moments comiques.
Je ne sais plus quoi penser.
"Ta bouche sent bon." À moins d'un centimètre de la tienne.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu mets ta main sur sa jambe en lui parlant et le fait remarquer à la populace.
Je ne sais plus quoi penser.
"Tabarnack, s'pas bien ça."
Je ne sais plus quoi penser.
Tu me manques calicement tout le temps.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu m'insultes - "c'est des blagues, c'est des blagues!" à tous les criss de jours.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu me prends la main pour me défâcher et ne veux plus la lâcher même si je suis en calice et que j'aurais envie de tout casser.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu m'exaspères parfois tellement tu es immature à n'en plus finir, peut-être seulement pour faire rire les autres, je m'en fiche.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu me fais des déclarations à demi mots et les renie en riant le lendemain, sans t'en souvenir.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu ne te souviens peut-être plus des marches jusqu'à Parc et de nos doigts enclavés.
Je ne sais plus quoi penser.
Ton ami est la personne la plus parfaite que j'ai vu depuis des années.
Je ne sais plus quoi penser.
Je l'ai appelé cinq fois quand j'étais saoule morte et tu te contiens à chaque fois d'en faire tout un plat parce que tu as peur de le perdre.
Je ne sais plus quoi penser.
Il s'en calice et je ne sais pas si ça me fait mal ou si ça me laisse d'une indifférence incroyable.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu en connais plus de ce qui est arrivé avec l'autre que je n'en sais moi-même.
Je ne sais plus quoi penser.
Tu es une curieuse personne qui agit comme un enfant et pense comme un adulte.
Est-ce que je t'ai dis que je ne savais plus quoi penser?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire