lundi 30 juillet 2012

Tes réveils sans sommeil s'accumulent en angoisse


Lola, Lola... La veuve noire et l'amante de nacre.

J'ai complètement sauté un fusible. Après quelques gin tonic, brandy-jus d'orange, verres de vin et bières, j'imagine que les idées s'empêtrent toujours un peu, mais là, il y a vraiment eut plus que des étincelles, ce fut un kamikaze émotionnel, un carnage rouge dentelle déchiré par ses doigts tremblants et ma peau brûlante d'une demande muette strictement charnelle. Je déteste quand mon corps éclipse mon âme.
Je déteste également quand les gens connaissent ma sexualité. Alors lorsque c'est quelqu'un que j'aime bien qui m'offre l'exposé de mes amalgames corporels avec un de ses meilleurs amis, je fulmine, et non, je n'ai plus envie de t'embrasser et de te pousser contre le premier matelas venu, peu importe à quel point je pourrais en avoir envie.
Je ne veux pas le dire, je ne veux pas le dire, je ne veux pas le dire, mais jet'aimepeut-êtreunpetitpeutabarnackdecaliced'estidemarde.
Je ne comprend plus rien.
On a eu un moment tellement génial, où, étendus à l'intérieur de l'étreinte de pierre de l'étrange humanoïde coin St-Denis et Sherbrooke, on ne faisait qu'écouter les paroles douces d'une Lana Del Rey à la beauté de la voix exacerbée par son contact délicieusement tiède. Couchée la tête contre son bras, moi, lui, saouls à deux heures du matin, j'aurais tellement voulu avoir le droit de poser mes lèvres contre les siennes sans qu'il n'y ait d'étrangeté le lendemain, comme il me l'est permis avec son meilleur ami... Je me prenais un plaisir un peu malsain à savoir que comme les bars fermaient et que nous restions couchés côte à côte en fredonnant nos comptines alcooliques, il était en train de charcuter ses heures de sommeil alors qu'il travaillait à 8 heures du matin le jour même. Quand nous avons recommencé à marcher, par la suite, je me retenais tellement fort de ne pas lui prendre la main, parce que je ne voulais pas le forcer à quoi que ce soit et que j'ai la paranoïa des émotions facile. Et comme nos doigts se frôlaient par la proximité de nos pas, c'est lui qui m'a doucement saisi les doigts, comme si c'était une constance nécessaire dans nos escapades jusqu'à Parc, de la façon la plus naturelle qu'il soit.
Continuation des descriptions de mes déboires adulescents lorsque j'aurai davantage que 5 heures de sommeil dans le corps.
Si demain mourrait aujourd'hui, nous souviendrions-nous d'hier?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire