vendredi 17 février 2012

Risingson




J'épuiserai mon corps jusqu'à m'écrouler à un pas supplémentaire, à une respiration un brin trop large, tout pour amoindrir même très légèrement, oh, qu'un instant, la morsure douloureuse de l'échec de mon âme. Que les tambours de la fin bourdonnent les tympans de ces aveugles me contournant dans les labyrinthes étroits de ma mégalopole de métal mental, que du fond de mes viscères résonnent les hurlements souffrants du tourment physique! Faites sonner les cloches de mon trépas hâtif! Délicat satin de mes réminiscence déchues, je vous attendais pour m'étendre dans mon berceau d'orme sculpté.
Ah, douces mémoires baignant dans le formol de mes peines, je prévoyais votre entrée depuis tant de temps que vous me laissez estomaquée de vous pointer si tard, alors que les entailles sont déjà si lourdes et profondes, chemins de fer pour dérailler les veines, tranchées où s’entre-tuent mes neurotransmetteurs.


Fuck poetry, fuck the police.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire