lundi 16 janvier 2012

Les jeux interdits


Je vous déteste tellement, mais tellement de m'aimer...
Parce que vous me forcez par la douleur qui vous tuerait à ne pas mourir, moi.
Et pendant ce temps, vous continuez, heureux, et moi je souffre et pleure.
Je vous en supplie...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire