mercredi 21 décembre 2011

Group Four


Perdue, déboussolée, Nord, Sud, Est, Ouest, les vieux démons qui viennent brouiller les cartes, dérouter les aiguilles... Je ne sais pas quelle couleur tu es, quelle teinte t'aimer le mieux, je suis pathétique d'encore avoir ton nom gravé au foie, où, au coeur de mes nuits d'insomnie, je déverse mon émoi pour moins souffrir ton absence.
Everything I loved became everything I lost.
Je l'adore, je l'adore, je l'ai toujours adoré, mais elle me draine de toute mon énergie, parce qu'en ce moment, elle a tout ce que j'avais. Tout ce que j'ai perdu. Je conjugue ma vie au passé simple ou au futur, oh, j'aimerais bien trouver un jour un temps de verbe un tant soi peu relié à exister, maintenant, mais le seul que j'aie un jour réussi à formuler, c'est mourir.
Et pourtant, en ce moment, Dieu que je m'ennuie de la caresse incessante de la Mort... Je voudrais la regarder dans les yeux, encore une fois, pouvoir la détailler, même à travers une vision troublée par les substances inhibées, j'aimerais me perdre, tomber, bas, bas, bas, non pas pour que quelqu'un m'y repêche, mais pour y sombrer.
Je ne sais plus où j'en suis, ce que je veux, si je veux quelque chose en soit... Si je veux continuer à quelque part.
Fuck it, interrupted.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire