lundi 29 août 2011

Little Black Box, Yoav


Tu vois, ce n'est pas si grave si tu ne m'aimes pas. Mais fais juste me murmurer qu'il y a eut quelque chose, une étincelle de cohésion parmis l'incendie de désir alimenté d'alcool, et que j'ai raté ma chance. Accordes moi simplement la clémence d'une insulte de m'être retirée physiquement en premier de la valse à mille temps, le can-can des dépravés, donnes-moi le réveil d'un long rêve embrumé de débauches excentriques au lieu du cauchemar conscient qui s'étire la durée d'une vie et dans lequel j'ai cru entrevoir le soupir de l'attachement. Fais-moi croire, une mili seconde, que cette espérance de délivrance dans tes yeux pigmentés d'intelligence surprenante, fut mièvre par ma faute, mais non pas imaginaire.
Il est surtout grave que tu l'aimes, elle. Tu vois, ça m'est arrivé trop souvent. Je cotoie des âmes fantastiques, je suis entourée de nymphes, bordel de merde, alors que moi, j'ai l'air d'une pute dans mon habit déchiqueté de fée verte, alors que moi, on sèle mes lèvres de baisers de perdition pendant que je me sale les yeux de souvenirs affectifs douloureux. Je ne peux m'empêcher de voir l'évolution, homo erectus, Emo Stradivarius à Momo Fantasticus.
Et lui... Tout ce qu'il a avoué, toutes ces phrases que je voulais tellement, tellement entendre il y a quelques mois, années, devrais-je dire, et qu'il a doucement fait coulé à mes oreilles, et qui, tristement, n'ont pas animé ces étincelles d'espoir, de respect que j'avais pour lui.
Je t'aimerai toujours d'une manière que je ne suis pas capable de saisir. J'aurai toujours cette tendresse pour toi, ce désir de te jouer dans les cheveux en te disant que tout va bien aller, cette douceur dans la façon de te tenir la main, et cette contraction paisible du coeur en trouvant rédemption dans notre complicité. Mais ce n'est pas assez. Ça ne pardonne pas tout le reste. D'ailleurs, tu as surement peur, de nouveau, et tu détalles... Je n'ai pas le droit de me lacérer encore avec ces ambiguités, ces jeux de cache-cache.
Aussi, je suis en relation. Peut-être que pour une fois, il faudrait me l'avouer: j'ai besoin de cette stabilité, à défaut de lui, peut-être.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire