dimanche 5 juin 2011

La valse sentimentale (juxtaposée avec Closer de Nine Inch Nails)




Tous ces sourires qui se défilent au profil de nos silences...

Toutes ces douleurs qui ne connaissent ni nom ni visage mais qui se cachent sous le fard de plastiques et de pointillés suivis par un bistouri agile, métallique et froid comme le coeur de celui qui l'embrassera le soir même. Monde de plastiscine, univers aux sentiments métalliques, je t'ai longtemps cherché dans les plaines d'hiver avant de m'appercevoir que nous étions perdus dans les décombres d'une ville de néon sans plus d'allumettes pour nous réchauffer. Alors on a trouvé un petit frère qui avait grandit dans un pot à cause d'un bizarre de papa. Voilà, c'est dit. Le mystère est brisé, j'suis aussi bonne pour dévoiler des intrigues que Marcel Dubé. Voles, l'oie, voles, on te méprendrait pour un paon quand on ne te voit pas et que tu ne cries pas.

Pauvre enfant qui a dégringolé des cieux en complet cravate!

Je t'ai vu tomber du ciel, et peut-être que je t'aimais déjà, mon petit ange de goudron. Mais je n'ai pas eu la force, ni la rapidité de t'attraper avant que tu ne t'écrase les ailes contre les pavés, et que tu ne te fendes les côtes, et que ton corps limpide ne soit réduit à des miettes de pureté.

On les récolta et les décadences juvéniles s'en mirent plein les narines sans se soucier que ces éclats d'os leurs taillant les sinus avaient déjà appartenus à ton coeur miroitant de bonté. On pervertit même les plus blanches roses. Tu as été sacrifié à la laideur du monde, tu as été grimpé du haut de l'échaffaud pour qu'on crache sur la dépouille de quelque chose qui ne nous avait rien fait, d'une figure de proue de la grâce divine qui n'a rien fait pour sauver les misérables existences de misère de notre Terre souillée.

Tu étais si beau qu'on a cru que tu étais tombé du Ciel, même moi, même moi je l'ai cru, alors que tu n'avais fais que te jeter en bas de ta tour à bureau, avec la ferme intention de disparaître. Tu étais trop beau pour ne pas être coupable de cette magnifiscience. On t'a donc dépecé de ton élégance, et tant pi pour toi si tu ne t'étais pas scarifié la peau jusqu'aux os; tu aurais alors été un des nôtres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire