jeudi 26 mai 2011

The truth is, you're miles away

"Kiss me goodbye, will you? I'm planning on dying before you drag me down."




D'ou vient cette angoisse profonde, refoulée encore et encore, cette peur probablement injustifiée de perdre tous ceux à qui je tiens?

J'aime trop fort. J'ai surement toujours aimé trop fort, sans limites internes, sans garde-fou. À toute allure, Cadillac rouge, au bout du mur, ballustrade défoncée. Et la noyade. La Noyée, Yann Tiersen, c'est moi ça, haha. Quel était ce film déjà, le suicide en voiture à la fin?

She died of a broken heart. Le problème, c'est que je suis toujours vivante. Ou peut-être est-ce la solution. Putain de points d'interrogation de merde. Être, point d'interrogation, vous connaissez?

Vous vous souvenez de ce coeur couleur rubis enveloppé de dentelle? On a éventrée sa poupée avant de sertir un collier des éclats de son bonheur. Blossoms in a tree, you know how I feel. Awful. I feel awful. There's nothing more to say.

Poupée aux lèvres gercées par le sel de ses larmes. Les pantins aux fils usés ne se retrouvent pas plus libres une fois qu'on a tranché leurs liens au marionettiste; elles demeurent, désarticulées, étendues sur les scènes vides durant les soirs glacés d'hiver. Une lumière bleue, peut-être. Elles agonisent, c'est magnifique, ce serait pratiquement une plus belle pièce.

La violence débourrées dans les champs de roses des lames. L'innocence flagellée par des ongles cassés qui crissent dans le dos. Shoa par balle à tout ce que j'ai déjà eu de respect pour toi. Einsatsgruppen pour mes propres présomptions inassumées, suicide pour ces espoirs invertébrés que je n'ai pas étranglé assez tôt. La désillusion qui pendouille au bout d'une corde, le bourreau aux gants de nacre se lèche les lèvres sur lesquelles coulent le nectar divin du triomphe sur l'existence d'autrui.

L'unique manière de se convaincre de sa supériorité parmi cette marée d'humains en perdition qui s'abîment sur cette planète minuscule, c'est d'imposer sa douleur pour que celle infligée aux autres soit exponentiellement plus grande. Réduire leurs mièvres destins à des parcelles de poussière qu'on ne compte même pas dans les sabliers du temps.

J'aurais pleuré toutes ces statues de sel sanglotant, cachées derrière des fresques de marbre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire