dimanche 8 mai 2011

Perfect.

Guy Labissonière______________________________




Noiretblancbencutetouteprop'!
Vous ne trouvez pas ?
Un nouveau commencement qui n'en est pas vraiment un, parce que je ne trouve pas exactement ce qui le définit. Je ne veux pas que ça soit lui. J'en ai assez, à la fin, qu'il aille se faire enculer avec une brochette à barbecue. Ou dix.
Et puis, même si cet url portait la marque indélébile de son passage dans ma piètre existence, je ne saurais quoi en dire. Ça fait bizarre une fois sortie de ma bouche, mais... Je m'en fous un peu. Je ne t'aime plus, mon amour, comme qu'il dit, Manu Chao. C'est drôle, mais, tu me fais chier. J'ai pas envie de te parler. Très franchement, tu ne m'apportes plus les palpitations cardiaques révélatrices de ma faiblesse mentale et je n'ai pas envie de tenter le diable; tu ne me laisses que ce goût amer sur la langue, comme si j'avais croqué la balle que j'ai faillis me ficher dans la tête en pensant à ton portrait, que j'avais mordu dans le cocon de métal de mon suicide pour l'écraser et que, bien que je me sois sauvée de la mort avec brio, la saveur âcre a imprégnée les tissus de ma langue et je mastique les restes pâteux d'une histoire avariée. Tu m'as laissé au fond de la poitrine une absence de toi que je ne veux plus combler par la forme de ton corps, mais qui laisse néanmoins un vide autodestructeur qui me fait rager, qui me compresse et qui me blesse. Crois-moi, tous les Anges n'ont pas d'ailes, putain.
J'aimerais remplacer ton espace par une autre âme. Je sais laquelle. Mais je ne peux pas. Et à quelque part, je ne veux pas. Hatred.
J'ai menti, tu vois. Ce n'est pas vrai que rien n'est ta faute, ou presque. Tu m'as quand même fais perdre toute sensibilité en la plus belle chose qui soit: aimer.

1 commentaire:

  1. J'adore la façon dont tu écris .Je vais lire ton blog avec plaisir. Et faire une adresse qui porte le nom de ton ex si j'ai bien compris tu as eu du culot moi je ne l'aurais surement pas fait..

    RépondreSupprimer